Il faut découvrir l’Iran

De retour d’Iran, où beaucoup de photos ont été prises et que j’aurai l’occasion de faire découvrir, on peut se poser la question : mais pourquoi est-il allé là bas ?
Et bien justement il faut aller là-bas. Certes, l’embargo de plus de 30 ans, l’accès aux touristes interdits pendant 15 ans ont bien terni l’image du pays. Mais après plus de deux semaines sur les lieux, ma vision du pays, hors des filtres des médias et autres est tout à faite différente, plus éclairée.
Oui, les autorités ne voient pas d’un bon oeil l’arrivée des étrangers occidentaux, mais la population vous accueille avec chaleur et recherche l’échange : conversations, photos etc….
Oui, les villes sont étouffées par la circulation, les constructions en dépit du bon sens et la notion de ville propre n’est pas encore d’actualité. Mais tout cela semble changer et des plans d’urbanisations sont dorénavant en place.
Oui, toutes les femmes portent le foulard et cela est exigé aux femmes occidentales, malgré la désapprobation et les excuses de beaucoup de jeunes iraniens; le visage n’est pas caché et les iraniennes le portent très en arrière pour dégager au maximum leur coiffure.
Oui, la police est très présente et chaque sortie des régions et des villes est un passage obligatoire par le poste des forces de l’ordre, pour la vérification de la feuille de route du chauffeur de votre car. Par contre, votre sécurité est totale et bien des iraniens étaient consternés par la violence qui sévit en France.
Alors si le voyage, quelque peu fatigant, ne vous fait pas peur, vous verrez des architectures incroyables comme à Ispahan ou Persépolis; vous déambulerez dans les bazars comme celui de Shiraz, pour découvrir les superbes miniatures, l’art du cuivre émaillé ou les merveilleux tapis persans…..
Le tourisme de masse n’est pas encore pour demain aussi l’artisanat qui est proposé est d’une superbe qualité.
Pour finir, vous vous plongerez dans une histoire plusieurs fois millénaire des frontières de la Turquie et de l’Irak au golf persique, jusqu’au Rajasthan du nord de l’Inde chez les seigneurs Rajputs

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *